Archive

Archive for the ‘Actualités’ Category

Un assassinat filmé en vidéo-surveillance

Un assassinat commis l’an dernier à Ajaccio a été intégralement filmé par les caméras de surveillance d’une rue piétonne du centre-ville, les enquêteurs disposant pour la première fois en Corse d’un tel enregistrement.

Les enquêteurs disposent de l’enregistrement vidéo de l’assassinat de Sabri Brahimi, le 29 janvier 2009, connu de la police pour trafic de stupéfiants et tué d’une douzaine de balles par les passagers casqués de deux motos dans la rue Fesch, une artère piétonne du centre d’Ajaccio.

Lire la suite sur Lefigaro.fr

Publicités
Catégories :Actualités

Sécurité : Hortefeux défend les maires

Depuis Toulon, Brice Hortefeux a critiqué mardi la proposition de Christian Estrosi, qui voulait sanctionner les maires ne respectant pas leurs obligations en terme de sécurité.

Brice Hortefeux n’a pas goûté la proposition de son collègue de l’Industrie, Christian Estrosi, qui veut sanctionner financièrement les maires qui ne respecteraient pas leurs obligations en terme de sécurité. Et le ministre de l’Intérieur l’a fait savoir ouvertement mardi, au cours d’un déplacement à Hyères et Toulon, dans le Var. «Le gouvernement défendra et appliquera les propositions du président de la République, ni plus ni moins. Et j’y veillerai scrupuleusement», a indiqué Brice Hortefeux, suggérant par là même que Christian Estrosi aurait quelque peu dévié de la ligne élyséenne. «Il existe dans notre pays, depuis les lois sur la décentralisation, la libre administration des collectivités locales», a ajouté le ministre de l’Intérieur, en charge des collectivités.

«Sa proposition brouille les messages»

Venu sur place pour inaugurer le tout nouveau commissariat de Hyères et annoncer la création à Toulon d’une unité territoriale de quartier (Uteq) de nouvelle génération rebaptisée brigade spéciale de terrain, Hortefeux a tenté au contraire de démontrer que l’État et les élus coopèrent plutôt bien sur les questions de sécurité. Tour à tour, il a évoqué «le dialogue constructif» que l’État doit avoir avec les élus locaux ou encore «le combat collectif» mené «de front». En écho, son collègue du gouvernement, le maire de Toulon, Hubert Falco, a assuré : «Ici, à Toulon, on croit à l’efficacité des équipes (…) Ces valeurs d’équipe et de solidarité, on les met en pratique avec les services de l’État.»

Soutenue par plusieurs élus UMP – Philippe Goujon, le maire du XVe arrondissement de Paris, Éric Raoult, maire du Raincy, le député du Nord Christian Vanneste et la députée maire de Montauban Brigitte Barèges -, la proposition de Christian Estrosi avait également suscité de vives critiques à gauche et dans la majorité. «On ne va pas mettre en place un tribunal des maires qui dirait ceux qui sont bons et ceux qui ne le sont pas», déclarait encore mardi dans Le Parisien le président de l’Association des maires de France, Jacques Pélissard. «Un maire laxiste ne durerait pas longtemps» et «les maires, qu’ils soient de droite ou de gauche, sont des femmes et des hommes responsables» qui «font tous de la sécurité, chacun avec sa perception», ajoutait-il. Un jugement auquel souscrivait mardi Hubert Falco. «Un maire, ce n’est pas comme un ministre. Il doit appliquer les lois de la République mais il a aussi une liberté dans la gestion de sa ville», a-t-il lancé à l’adresse du ministre de l’Industrie et maire de Nice, Christian Estrosi.

Un contrat plutôt que des sanctions

Cette idée de pénaliser financièrement les maires aurait aussi beaucoup agacé à l’Élysée. «Christian Estrosi n’a appelé personne, estime un proche du chef de l’État. Or sa proposition brouille les messages que, nous, nous souhaitions adresser aux Français.» Au point d’amener le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, à prendre aussi ses distances avec son collègue. «L’idée d’un pacte entre les communes et l’État en matière de sécurité est nécessaire, mais elle doit se faire sous la forme d’un contrat plus que sous la forme de sanctions», a-t-il déclaré. Dès mardi après-midi, Christian Estrosi passait un coup de fil à Brice Hortefeux. Pour s’excuser.

via Lefigaro

Catégories :Actualités